Pour les femmes qui assument le fait d'être à la fois ronde et sexy
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon corps en désaccord

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mon corps en désaccord    Mar 12 Avr 2011 - 13:18

Mon corps en désaccord — Anne Zamberlan

« Elle n’est pas normale, cette gamine ! » Combien de fois Anne Zamberlan n’a-t-elle pas surpris cette remarque ? Institutrices, médecins, voisins, grands et petits, familiers ou étrangers, tous l’on exclue. Elle n’a jamais été une petite fille, une jeune fille. Toujours elle a été « la grosse ». Situation insupportable de l’obèse, bouc émissaire, souffre douleur, dans la rue, au travail…Un mal, des mots…C’est la voix anonyme de S.O.S. Amitié qui lui rend le goût de vivre. Le désert affectif de son adolescence, le silence de son mari, les railleries alors même qu’elle va mettre au monde son enfant, les années où elle s’enferme chez elle…Anne déballe tout. Et la revanche vient, éclatante, avec un rôle à sa taille : celui d’Olympe, symbole générique de la musique. Désormais son corps s’affiche, opulent, triomphant, sur les murs de la ville…

« Celui-là m’a traitée de « tour de Babel ». Il avait un vieux rire gras et sinistre en le disant. Je ne revois plus son visage. Aujourd’hui, il est peut-être mort ou très célèbre. Mais ce rire, je l’entends toujours dans le fond de ma mémoire. Et il se plante en moi, comme un clou, chaque fois qu’il m’arrive d’y repenser. Un rire qui s’arrête net pour faire place à une voix cassante, définitive. Un couperet de l’âme. Une voix qui jauge la graisse de mes huit ans. Des mains qui palpent à leur tour, indiscrètes, impudiques. Sans chaleur. Des instruments de chair pétrissant la chair. La mienne. Et des mots : surcharge pondérale…balance ! obèse… Des mots qui aillent me poursuivre pour toujours. Des grilles soigneusement dressées pour m’enfermer dans la plus invisible, mais la plus solide des prisons. Mais de compassion, point. De compréhension, moins encore. D’humanité, aucune. Je me dis que j’étais peut-être trop petite pour que l’on fasse attention à moi en tant que personne. Je n’avais que huit ans, c’est vrai ; mais j’étais déjà une autre. A tout jamais une autre. L’école avait détruit celle que j’aurais dû vraiment être. Volée, saccagée, désertifiée cette enfance à laquelle, c’est un lieu commun de dire, nous avons tous droit. A cause de cette institutrice dont ma mémoire et mon corps meurtris ont conservé, trait pour trait, mot pour mot, geste pour geste, les comportements assassins, je ne serai jamais devenue cette maîtresse que toutes les petites écolières ont rêvé d’être un jour. A cause de cette infirmière, de ce médecin, puis d’autres grands professeurs pontifiants et dédaigneux que j’ai dû voir par la suite, je ne suis qu’une grosse. Une obèse, puisqu’il faut employer ce mot atroce. Une âme en prison dans un corps qui, selon les normes, n’est pas de mise. Et pourtant, je vie. Je vis corps et âme, cœur aussi surtout. Comme Shylock, le juif de Shakespeare, un autre exilé des conventions toutes faites, je ris, je pleure, je souffre, j’aime et peux haïr. Oh oui, je peux haïr ! J’ai parfois certaines bonnes raisons de ne pas aimer mes semblables. J’existe . A plein temps. Il m’arrive même de parvenir à être moi-même. »

« Un type qui est porté sur les obèses, suspect…ça cache comme qui dirait de la perversion.
Eh bien non ! Ça ne cachait rien. Yvon m’aimait. Il m’aimait vraiment. Pour moi. Rien que pour moi. Il m’aurait fait une place dans sa vie que je sois mince ou ronde, que je sois divinement belle ou diaboliquement laide. Yvon m’a appris une chose fondamentale que j’ignorais. L’amour, c’est un regard, une sorte de laser du cœur, qui transperce les apparences, le décor, le mensonge extérieur, pour capter au-delà la vérité de l’être. »

« — T’as vu un peu l’engin qui nous arrive !
A ma sortie de l’ascenseur, en arrivant dans le service de maternité, la réflexion de l’aide-soignante m’a cinglée de plein fouet. Pire que la pire des injures. Une brûlure atroce, inattendue, sur une chair vive, déjà blessée, sans défense aucune. Un coup d’épée. Une lame chauffée au rouge en travers du ventre et du cœur. C’est avec cette insulte que l’hôpital accueillait une femme à quelques heures de devenir mère. Pétrifiée, j’ai éclaté en lares. Je m’attendais à tout. Aux souffrances sans lesquelles aucun enfant ne vient au monde. Aux difficultés supplémentaires que l’accouchement risquait de comporter pour une femme comme moi. Me hantait aussi la peur de ne pas enfanter un bébé normal. Et cette appréhension confuse qui tient tout le corps aux aguets quand il va devoir affronter une situation complètement inconnue. Cette raillerie terrible et gratuite, non ! Qu’est ce que je m’imaginais ? Que mon nouveau statut de femme enceinte réduisait à jamais à néant les vieux démons ? Gros tas. Grosse vache. Obèse….Je croyais naïvement que cette vie innocente en moi me servait désormais de passeport dans le monde des gens normaux. Grossière erreur. J’étais et je resterais une grosse. Une trop grosse. Une abominable difforme. Mère ou pas. A chaque coin de ma vie, la société poste la personne ou la situation adéquate pour me rappeler. Un « engin », un clown hypertrophié ou une sale exclue. J’ai souvent pleuré. Avant ce jour. Apres. Jamais comme ça. Sur ce palier, bras ballants, désarmée, terrassée, écrasée, avec mon bébé au ventre, un océan d’amertume m’a soudainement inondée. Dans mes yeux, j’ai d’abord senti comme une sorte de feu halluciné. C’est venu de loin. De très loin. »

Anne Zamberlan est décédée d'une embolie pulmonaire , à l'âge de 48 ans.
Revenir en haut Aller en bas
gourmandise
Comme à la maison
Comme à la maison
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: Mon corps en désaccord    Mar 12 Avr 2011 - 13:42

C'est bien triste cette vie sans s'en sortir de ces demons, de ces gens qui jugent à haute voix... C'est douloureux de lire cela.

_________________
J'ai pas la taille, taillefinne
J'ai pas les bras weight watcher
J'ai pas les cuisses contrex
J'ai pas les fesses spécial K
Mais j'ai un coeur gros comme un pot nutella !

http://gourmandinne.jepose.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon corps en désaccord
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu]Sous quel corps d'arme servait-il ?
» REPAS DE CORPS
» gommage pour le corps
» L'histoire du Corps des Torpilleurs et Marins
» Préparer son corps à la grossesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ronde Sexy :: Une vie de ronde :: Les écrits restent-
Sauter vers: