Pour les femmes qui assument le fait d'être à la fois ronde et sexy
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le café de Plume.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le café de Plume.   Jeu 24 Sep 2009 - 19:33




Le café de Plume



Mesdames, messieurs, que prendrez-vous aujourd'hui ?


La carte des menus (Susceptible de changer quotidiennement/hebdomadairement) :


Chronique 4 : La BAV de Neby

« Hedi, ou est-tu ? »

« Au métro de Paris … Pour aller à une bourse aux vêtements. »

« Et on ne me prévient pas ? Attends que j’en informe ton père ! »

Plus personne au bout du fil, ma mère avait raccroché avant que je ne me justifie. Lâchant un profond soupir, je me remis à regarder défiler les stations, les minutes, une par une. Quelques songes accaparaient mon esprit nonobstant une certaine appréhension. En effet, cette BAV était une première occasion pour moi de me familiariser avec la size, de m’imprégner de son essence. De surcroit, ayant été prévenu à la dernière minute de la présence de riccardo, je ne pouvais qu’exulter à la pensée de voir un vrai « Fat admirer ». En conclusion, une première expérience qui, je l’espérais, devait bien se passer.

Station Voltaire. Je fourrai mon portable dans une des poches de mon sweet avant de quitter le monde souterrain. Alors, la jungle parisienne prît le relai dans ce qui constituait une agréable escapade. Marchant d’un pas lent mais affirmé, j’essayais de garder le souvenir d’un petit plan trouvé, dans la précipitation, sur google. Néanmoins, moi qui pensais me perdre plusieurs fois avant d’arriver au bout de mes peines, je fus agréablement surpris de trouver le point de rendez-vous du premier coup.

Alors, un homme de grande taille se présenta à ma vue. Celui-ci distribuait de petites cartes noires à la gente féminine passant par là. Son visage arborait un large sourire, témoin du passage, de l’entrée du charme et du bon goût. « Du courage ! » me répétais-je avec insistance. Soudain, je commençai à presser le pas.

Nos regards se croisent, il semble intrigué. Me reconnait-il ? Tout intimidé, je me présente :

« Bonjour Riccardo, c’est SensualCurves, Hedi ou plume … »

Apparemment, je devais être la dernière personne qu’il s’attendait à voir. En tout cas, la surprise en fut que meilleure. En effet, en peu de temps, une complicité s’installa entre nous, entre deux hommes qui se comprenaient. Enfin, j’avais le privilège de le voir, de lui parler ! Cet homme que j’ai toujours admiré devant le bleu de mon ordinateur*, Ce « Fat admirer » exemplaire dont je voulais calquer le bon sens ! Point de fanatisme non plus mais … Tout de même ! J’en étais et j’en reste tout retourné !

Après avoir échangé quelques timides paroles, il me pria de le suivre au cœur de la BAV. Sans savoir à quoi m’attendre, je m’exécutai, fuyant sans un mot le froid parisien. A peine entré, l’ambiance des lieux m’étreignît de son accueil chaleureux. Plus loin, je vis l’endroit baigné de lumière où se tenait l’événement. Marchant sur les pas de Riccardo, je m y engouffrai définitivement : Premier pas, l’angoisse, deuxième pas, l’enthousiasme, troisième pas, l’extase.

Dans cette salle se tenait le plus beau des bals. Un enchantement où de sublimes contours côtoyaient d’opulentes courbes. Un spectacle ou rien n’était occulté, laissant exulter une charmante et plantureuse nature. Aussitôt fus-je capable d’en apprécier toute la splendeur que Riccardo vint se mêler à ma rêverie. Gêné, je laissai ma timidité guider mes pas en une suite d’acquiescements vagues. Pourtant ses paroles m’étaient, plus que jamais, d’agréables compagnies en ces milieux enivrants.

C’est alors que d’autres visages connus m’apparurent. D’abord celui de Katia, puis celui d’Angélique, toutes deux s’affairant au stand rondement jolie. Le moins que l’on pouvait dire, c’était que leur prestance rendait honneur au nom de la firme ! Et je ne le nierais pas, leur beau physique aussi. Quoique n’oublions pas Bruno, le mari de Kat qui s’activait et supportait nos deux « Big and beautiful » avec enthousiasme ! Le temps d’une salutation et un troisième personnage fit son apparition : Charlotte alias gourmandise. Une paire de bises et une ferveur enjouée décidai de ne plus me quitter. Alors, notre jeune timoré put enfin s’épanouir au milieu de ces exquises créatures.

Ainsi, je commençai à parler avec gourmandise de diverses choses, notamment de cette bourse fort sympathique. Au demeurant, je continuai de jeter de discrets regards aux demoiselles présentes, plus particulièrement à celle qui attirait toutes les attentions : BigBeauty (Stéphanie Zwicky). Je décidai donc de ne plus quitter charlotte, d’agréable compagnie en ces lieux inconnus. Aussi, je pus enfin rencontrer Chloé (Minoko) et Kylanita hors écran. A ce sujet, je ne m’éparpillerais pas en éloges sincères mais toutes m’ont donné de très bonnes impressions ! Enfin, mon tour n’aurait pas pu être complet si je n’avais pas mentionné le nom d’Amandine (Pate leblog) que j’étais, ma foi, très heureux de revoir !

La chaleur devenait de plus en plus oppressante à l’intérieur. Nous prîmes donc congé des festivités afin de nous poser à côté de l’entrée. Riccardo ne tarda pas à nous rejoindre. Cela fut l’occasion d’échanges sur la size acceptance, la condition du Fa, celle des femmes rondes etc Enfin je pouvais clamer de vive voix ces discours frappés, joués sur mon clavier des années durant ! Intervenir, donner, imposer mon point de vue aux autres sur ces sujets qui me tenaient tant à cœur ! Je prenais alors conscience que ce débat constituait ma première expérience, sur le terrain, de « Fa militant »

Soudain, une femme (dont je ne soupçonnais aucunement être la gérante de « Vive les rondes ») nous proposa des pins’s et cartes aux couleurs du site. Non sans hésiter, je pris un pin’s « I love VLR » ainsi qu’une carte promotionnelle, celles que distribuait Riccardo quand je le rencontrai. Puis la discussion reprit, ponctué par les départs et arrivées d’intervenants, de belles demoiselles. Moi-même, je me retirai un moment afin de goûter une seconde fois à la délicieuse ambiance des lieux.

Et c’est par un heureux hasard que je me retrouvai seul avec Riccardo. Encore une fois, l’émotion m’étreignait tellement que m’exprimer convenablement devenait chose difficile. Néanmoins, ce lien qui passait entre nous me mis peu à peu à l’aise. Lui qui était habitué à ces charmants « bains » devait surement comprendre cette timidité qui était la mienne. Alors, nous continuâmes à discuter des dizaines de minutes durant.

Malheureusement, le temps passait inexorablement. Ainsi, je sentais plus que jamais le caractère éphémère de mon euphorie …

18h, il fallait partir. Rassemblant tout mon courage, je me retirai en une poignée de bises, en une poignée de main : celle de riccardo. Cela me déchirait le cœur de les quitter aussi précipitamment mais le courroux parental me dissuada de rester. Alors, je me retirai discrètement de la BAV afin de rentrer en une vie plus monotone. Quelques minutes seulement me suffirent pour rejoindre le métro. Comme une dernière résistance, je ralentissai soudain mon allure. Vaine tentative, en quelques marches, le monde souterrain m’avait déjà englouti.

L’éther azuré laissait place à l’envoutant crépuscule. Me détournant de la fenêtre, je fouillai dans la poche de mon pantalon jusqu'à en sortir le pin’s « VLR ». Alors, je me mis à le contempler longuement, m’imprégnant une ultime fois de ce monde, de cette aventure propre à la size acceptance. Peu à peu, un petit sourire se dessinait sur mon visage, une expression de satisfaction, puis de condescendance. Une ambition irrésistible qui empoigna mon esprit le temps d’une seconde.

« Ils verront tous … »

Les portes de la rame s’ouvrirent. Aussitôt je quittai mon siège, remettant le pin’s dans ma poche. Cette fabuleuse journée prenait fin. Néanmoins, elle ne marquait que le début de mon périple, les préludes d’une noble lutte, les prémices d’une irrépressible avidité …

« Cette ardeur semble encore juvénile, mieux que de la décanter, laissons-la reposer dans son antre qu’elle s’empourpre des expériences futures … »

SensualCurves


*Le bleu de mon ordinateur : Clin d’œil à la chanson SOS de Riccardo.



Chronique 1 : No name



« Je dois y arriver ... Sinon ce sera la fin. »

Sensual courait. Des gouttes de sueurs perlaient sur son front, son corps tout entier s'activait dans une course effrénée. Ses articulations le faisaient souffrir tant l'effort était intense. Néanmoins, c'est avec une obstination grandissante qu'il continuait malgré cette vive douleur. 3h00 sonnaient sans qu'il relâche son effort, la fatigue l'entourant sans jamais l'étreindre.

La ligne d'arrivée se profilait à l'horizon. Elle était si proche qu'il lui semblait juste avoir à tendre le bras pour l'atteindre. Cependant, il lui restait encore une centaine de mètres à parcourir. Quelle motivation le poussait dans ses derniers retranchements ? Qu'importe, le jeune homme se rapprochait de son but. Celui-ci voyait au loin une foule de passants venus l'encourager dans ses dernières foulées.

« Encore un effort ! »

Un accueil triomphal, auréolant son acharnement, lui était donc préparé. Néanmoins, son rythme faiblissait à vue d'œil. Fatigue ? Douleurs musculaires ? A vrai dire, il n'est pas facile de courir convenablement quand les deux cuisses se touchent, se frottent à chaque foulée ... Et quoi ?! Abandonnerait-il si près du but ? Sa détermination n'aura-t-elle été qu'éphémère ?

« Link ! »* (Nom du protagoniste de la saga « The legend of Zelda »)

Soudain, un chant épique vint étreindre son esprit. Un souffle de bravoure semblait maintenant le pousser droit vers la ligne d'arrivée. Bravoure que lui insufflait l'image d'un bretteur onirique. Il fallait croire que son salut se trouverait en la personne d'une fictive légende. La fin de son calvaire n'était plus qu'a deux enjambées.
Première foulée, l'impatience, dernier foulée, l'extase !

« Victoire ! »

Sensual passa sa main sur son front humide de sueur. Soudain, il retira de sa poche une sorte de télécommande blanche.

« Et 30 points wii fit pour bibi ! »



Chronique 2 : La poste



Mon chemin baigné de lumière, je m'aventurai à travers les multiples sentiers d'une forêt urbaine. Caressé de par une brise printanière, je me disais que le temps, plus que jamais, était au beau fixe en cette fin de semaine. Néanmoins, comment aurais-je pu en juger ? Moi qui vivais au jour le jour une formidable histoire d'amour avec mon écran d'ordinateur ? Enfin, ne nous méprenons pas, je vais tout de même au lycée ce qui rendait mon avis plus crédible, n'est ce pas ?

Arpentant les trottoirs d'un air blasé, je regardais sur le côté les voitures défiler à toute allure. Aussi, les immeubles ternes qui se dressaient devant moi et, cerise sur le gâteau, un splendide panorama sur ce qui semblait être une énième route teintée de gris et de blanc.

« Aie, je souffre »

Mais il fallait qu'un rien gâche ce beau tableau. Une douleur atroce qui m'empêcherai de profiter pleinement de ce paysage citadin. Je vous le donne en mille : des courbatures. Après tout, on récolte ce que l'on sème, et moi, à courir tel un forcené devant ma télévision, je le savais que trop bien. Malgré cela, et dans l'espoir de gagner mes 30 « piecettes Wii fit », mon obstination me valait maintenant de vives plaintes.

« Bougez avec la poste ! »

Finalement, Dany Boon avait raison ! C'est avec joie que l'on se délecte de ces minutes passée dans une file d'attente. Quelquefois, à se battre avec une mouche tourbillonnant à ses côtés. Néanmoins, mon calvaire fut de courte durée, et plus étonnant encore, il laissa place à une euphorie grandissante.

« Bonjour ! »

Une magnifique femme noire, ronde donc, se trouvait devant moi. Bien sur, pas question de saliver, de fantasmer, je devais garder mon calme. Mais Dieu ! Qu'est-ce dur quand on trouve le physique idéal ! De surcroit, elle semblait bien jeune ! Pas de mon âge bien sur, mais loin de la trentaine avec certitude. En somme, un visage et des bras, potelés, en chair, harmonieux. Soudain, elle se leva de sa chaise dévoilant un corps et, avouons le, un derrière imposant mais Ô combien délectable. L'admirateur de courbes, le Fa dans toute sa splendeur semblait s'éveiller en mon être. Comment ne pas rester indifférent ? Non ! Comment ne pas avoir l'air en train de mater devant ...

« Voici, cela fera 8 euros et 40 centimes. »

Je sortis un billet de 10 euros de ma poche et le lui tendis. Elle le prit, me donna les factures que j'avais réclamé, et me pria enfin de bien vouloir m'en aller. Je m'exécutai et lui répondit de la même formule de politesse. L'extase prenait fin, la réalité m'appelait de tous ses vœux.

« Finalement, je crois que j'irais à la poste plus souvent ! »

Ainsi, je repris mon chemin, non sans me rappeler les joies que pouvaient me procurer quelques courbatures, marques de fatigue musculaire. Néanmoins, je devais lutter ! Mon chéri, mon amour, mon ordinateur m'appelait aussi de ses fenêtres orangées et clignotantes !


Dernière édition par SensualCurves le Dim 27 Sep 2009 - 22:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
gourmandise
Comme à la maison
Comme à la maison
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: Le café de Plume.   Jeu 24 Sep 2009 - 21:02

oulala mais c'est un journal que tu nous ouvres Wink j'aime beaucoup cette chronique, j'trouve ça sympa de rentrer dans ta tête !

_________________
J'ai pas la taille, taillefinne
J'ai pas les bras weight watcher
J'ai pas les cuisses contrex
J'ai pas les fesses spécial K
Mais j'ai un coeur gros comme un pot nutella !

http://gourmandinne.jepose.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le café de Plume.   Jeu 24 Sep 2009 - 21:41

très jolie chronique ^^ et comme gourmandise c'est intéressant de rentrer dans ta tete et davoir ainsi ton ressenti^^
Revenir en haut Aller en bas
Sultane
Déesse / Admin'
Déesse / Admin'
avatar

Nombre de messages : 2475
Age : 38
Localisation : grasse
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: Le café de Plume.   Jeu 24 Sep 2009 - 21:45

SensualCurves tu m'epateras tjr jeune homme j'aime beaucoup ta façon d'expliqué ta rencontre^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rondesexy.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le café de Plume.   Ven 25 Sep 2009 - 16:27

Nouvelle saveur ajoutée :

Chronique 1 : No name / Plus courte, plus accessible.



PS : Merci pour les compliments :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le café de Plume.   Dim 27 Sep 2009 - 22:21

Nouvelle saveur ajoutée :

Chronique 2 : La poste / Suite de la première, sympathique, distrayante
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le café de Plume.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le café de Plume.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CafézOïde
» café sans perco ?
» "Café, pousse-café, l'addition".
» Un papillon et des filtres à café...
» arc-en-plume...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ronde Sexy :: Une vie de ronde :: Les écrits restent-
Sauter vers: